Anthrax connexion. Série Biocrimes 3, collection Chacal no 34, Éditions Pierre Tisseyre, 2006. ISBN2-89051-940-6.Illustrations de la couverture: Gérard Frischeteau. Âge recommandé: 12 ans et plus.

Histoire : Steve et Annie prennent des vacances en Floride et se lient d’amitié avec Marc, un voisin. Pendant ce temps, des cadavres contaminés à l’anthrax, une bactérie utilisée comme arme terroriste, sont découverts au port de Miami et Marc semble être lié à cette histoire. Comme le condo de nos deux policiers est également cambriolé, Steve et Annie sont suspectés. Comment se déprendront-ils de cette affaire corsée qui nous mènera dans les dédales du terrorisme et de l’armement biologique?

Comment est née cette histoire? Le 11 septembre 2001, les États-Unis ont été victimes d’un attentat qui a détruit, entre autres, les tours jumelles du World Trade Center. Bilan : 3000 victimes. Un mois plus tard, des personnes influentes recevaient par la poste des lettres contenant la bactérie du charbon. Bilan : dix-huit personnes contaminées et cinq décédées. Le climat de terreur créé par ces deux attentats révélait que le terrorisme existe bel et bien tout près de chez nous et que personne n’est à l’abri. Mais qui en sont les auteurs? Une bande de fanatiques qui procède à distance ou monsieur et madame tout le monde qui mène sa vie ordinaire et qui un jour passe à l’action? Les coupables ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

Utilisation du roman pour discuter du terrorisme et de la tolérance entre les religions : pages 204 à 206 et 195 à 197.

Ce qu’on en dit:

“… l’histoire est tellement bien racontée, les personnages ont de belles personnalités, on embarque tellement facilement dans l’histoire et le livre est si fascinant.” Annie Chabot

“Avec des histoires qui s’imbriquent tout naturellement avec celles, réelles, que nous présentent les médias, Diane Bergeron vient chercher ses jeunes lecteurs sans avoir à trop insister. Elle les appâte tout doucement, puis les retient très solidement. “ Claude Perrier

“C’est un ouvrage à trainer dans nos bagages. Vous ne serez pas déçu.” Francine Roy

Dossier de presse
Extrait
Travail original sur le roman