Tout pour un podium. Série Biocrimes 4, collection Chacal no 57, Éditions Pierre Tisseyre, 2011. ISBN2-89633-177-2, illustrations de la couverture: Gérard Frischeteau. Âge recommandé: 12 ans et plus.

L’histoire : Steve et Annie participent aux Jeux olympiques d’hiver de Vancouver, le premier comme taupe pour l’AMA, question de connaître les nouvelles tendances de dopage, la deuxième pour assurer la sécurité des sites de compétitions en compagnie de Daf-nez, une chienne Labrador détectrice d’armes et d’explosifs. Les jeux commencent de façon dramatique avec la mort d’un athlète en pratique. Tous ses organes internes sont dégradés. Un nouveau produit dopant serait-il en cause. Steve commence son enquête non officielle pendant qu’Annie passe beaucoup de temps avec un ancien soupirant, athlète de bobsleigh. Le couple survivra-t-il à ce trio amoureux? l’AMA parviendra-t-il à arrêter les personnes impliquées dans ce dopage meurtrier?

D’où vient cette histoire? L’idée m’est venue parce que mes enfants faisaient beaucoup de sport et je voulais qu’ils comprennent très bien le cercle vicieux des substances illicites qui améliorent certes les capacités d’un athlète, mais qui affectent la santé et la vie de celui-ci. Le dopage est de la triche. J’ai également pu visiter les sites de compétitions de Vancouver et de Whistler un an avant les jeux.

Utilisation du livre en classe pour parler du dopage des athlètes: pages 271 à 279

Faits étranges  Je commence à écrire cette histoire environ neuf mois avant les Jeux de Vancouver. Mon idée première était de faire mourir à l’entraînement un athlète de l’Europe de l’Est le jour même de la Cérémonie d’ouverture des Jeux. Cet athlète faisait du bobsleigh. Lors d’une discussion avec mon conjoint, avec qui je partageais tous mes scénarios d’écriture, il me suggère de ne pas utiliser la piste de bobsleigh pour l’accident, puisque je voulais créer une autre scène sur ce même site. D’accord, je fais donc mourir mon athlète lors d’une descente de ski acrobatique. Neuf mois plus tard, les Jeux d’hiver commencent réellement, avec, le jour de la Cérémonie d’ouverture, un tragique accident sur la piste de bobsleigh… le lugeur géorgien Nodar Kumaritashvili perd le contrôle et décède. C’était le premier décès aux Olympiques, si on exclue l’attentat terroriste des Jeux de Munich en 1972 qui a fait 11 victimes parmi l’équipe olympique israélienne.

Que faut-il en penser? Coïncidence? Suis-je un devin? Ai-je influencé l’avenir? J’espère bien que non! Ce n’est pas la seule occurrence, pour moi, car ça m’arrive assez souvent. Et ce phénomène arrive à beaucoup d’auteurs, particulièrement lorsqu’ils écrivent sur des sujets qui sont très près de la réalité.

Travail original sur le roman

Extrait (prologuenumerique.ca)