La tisserande du ciel

 La tisserande du ciel, légende chinoise, Collection Korrigan, no 6, Éditions de l’Isatis, 2005, 78 pages, ISBN : 2-923234-12-X. Illustrations de Daniela Zékina. Pour les lecteur de plus de 8 ans.

L’histoire : La tisserande du ciel, celle qui tisse les levers et les couchers de soleil, s’ennuie dans le monde céleste. Malgré l’interdiction, elle descend sur Terre où elle rencontre un gardien de buffles. L’amour naîtra et, avec la complicité de ses sœurs qui tisseront les toiles célestes à sa place, elle demeurera sur Terre. Mais la colère de son père, l’empereur céleste, sera terriblement et elle devra se séparer de son amoureux et de ses deux enfants. Cette légende est à l’origine de la fête des amoureux en Chine, l’équivalent de la St-Valentin.

Ce qu’on en dit: ” L’auteure, avec beaucoup d’émotions et de poésie, nous présente un texte magnifique. J’admire particulièrement son travail de la langue, elle offre une écriture riche où chaque mot est choisi avec soin pour créer une musicalité envoûtante qui nous transporte dans ce temps ancien où les récits s’avéraient une façon de comprendre le monde.Pour ajouter au plaisir, les illustrations qui parsèment le livre m’ont tout simplement ravie. Fidèle en tout point au style chinois, le travail de Daniela Zékina, qui a fait d’abondantes recherches pour illustrer ce livre, est d’une authenticité remarquable: la justesse du trait, la précision des détails, le rendu du mouvement et les coloris de l’illustration de la page couverture contribuent au grand plaisir de cette lecture.” Sylvie Rheault, Lurelu.

4e de couverture

fiche d’activités

extrait (numérique)

Sélection Communication-Jeunesse 2007
L'île à la dérive

L’île à la dérive, collection  Chat de gouttière, no. 28, Soulières éditeur, 2008, 137 pages, ISBN : 978-2-89607-073-2. illustrations de Stéphane Bourrelle, Pour les lecteurs à partir de 9 ans.

L’histoire: Marianne se fait garder chez son cousin Diego pendant que sa mère est partie en croisière. Mais voilà, Diego est très bizarre et plutôt… collant. Elle se sauve de lui en vélo vers le Mont Royal où commence une aventure très très étrange: une partie de l’île de Montréal se détache et part à la dérive sur le fleuve St-Laurent. En équipe avec Diego, on suivra la traversée de l’île jusqu’à Québec et peut-être plus loin encore! Un roman d’aventure scientifique bien spécial qui nous fait découvrir notre magnifique fleuve.

Comment est né ce livre? J’ai vécu deux ans à Montréal avant de m’installer à Québec. Quel choc ce fut pour moi, qui venais de l’Abitibi ! C’est pendant ces années que m’est venue l’idée de L’île à la dérive. En bonne scientifique que je suis, je me demandais si une île pouvait se mettre à flotter lorsque tous ses habitants la quittaient, comme lors d’un long congé. Non, bien sûr, à moins d’y mettre beaucoup d’imagination, une pleine lune, les hautes marées, le courant qui augmente subitement dans le fleuve, le toit du Stade qui décroche et deux héros qui y croient. Fait troublants à noter, après la rédaction de cette histoire, un  morceau de la berge d’un lac s’est transformé en île flottante près de Rivière-du-Loup, des viaducs se sont effondrés et une fente est apparue dans le sous-sol du centre-ville de Montréal.  L’île à la dérive est-elle vraiment une fiction ?

Ce qu’on en dit: “Un roman fantaisiste construit sur une mise en abyme intéressante.” SDM

4e de couverture

argumentaire

Sélection communication jeunesse 2009